WXYZ​.​.​. Code secret

by Christine Lemelin

/
  • Recevez la version CD de WXYZ... Code secret.
    Ce disque vient avec le téléchargement immédiat de l'album de 13-pièces dans votre choix de mp3 320k, FLAC ou près de tous les formats que vous pouvez vous imaginer

    Includes unlimited streaming of WXYZ... Code secret via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days

      $20 CAD

     

1.
Qu’est-elle devenue À force de… Curiosité, De rejet, d’indifférence ? Le néant, pour seul destin S’en est créé tout un Rien dans les mains Sans savoir ni où, ni comment Puisqu’elle n’a pas de nom Puisqu’elle s’appelle « Personne » (bis) Faire le pire Faire le mieux Faire de son pire Faire de son mieux À la grâce de Dieu ! Puisqu’elle n’a pas de nom Puisqu’elle s’appelle « Personne » (bis) Cette vie, Un superbe malentendu ? À force de crier au loup… « D’amour » ! Satan, sors de ce corps ! Sauve qui peut… Bon Dieu ! Qui est-elle Où est sa place Retrouver l’innocence Illusion ? Puisqu’elle n’a pas de nom Puisque ce n’est pas son nom Puisqu’elle s’appelle « Personne » ? (bis)
2.
En ce mois des morts, Toi, mon soleil, Tu m’as choisie. Ma seule consolation, Trop courtes, ces neuf années, À mon avis. J’t’en ai fait voir De toutes les couleurs New-York, Paris... Tokyo ? Non pas ! Mais mon île, Oui, elle, t’a plu. T’es parti trop tôt, Mon beau « salaud » ! Que de jeux, que de marques, Plein les mains, plein le dos. Que de rires, que de joies, Les seules, à part ma musique. Et encore... Le cœur crevé, meurtri Par tes cris déchirants, Impuissante, te bercer Jusqu’à ton dernier souffle. T’es parti trop tôt, Mon beau « salaud » ! « Tu m’as donné beaucoup d’amour », T’ai-je dit... Et c’est déjà fini. En souvenir de toi, Un S.O.S., ta voix, Effaçant la mienne, Celle d’une chanteuse. Un cadeau porte-bonheur. T’es parti trop tôt, Mon beau « salaud » ! En blague ai toujours dit : Avec un homme fin comme toi, Je serais au Paradis ! Le septième ciel Se fait attendre...
3.
À tous ceux Qui ne m’ont pas aimée : À vingt ans On veut tout casser. Rancune ou colère, Mauvaises conseillères. Si je vous avais écoutées, J’y aurais laissé ma peau ! Toi qui m’as fait frémir comme personne, As pourtant eu peu d’égards pour ma personne. Je n’étais que belle à montrer, Je n’étais que bonne à baiser. Toi, riche à volonté, Je n’avais cure de ton argent. Qu’à cela ne tienne, J’ai revu mille fois ton continent ! Les autres que j’ai connus Amourettes imprévues Courtes mais passionnées N’ont fait que me brûler. Pas voleuse d’homme, Vous ai laissé aller. Mais attention, Faut pas abuser ! Un, sa Miss Piggy m’a préféré L’autre, une midinette écervelée. Quand j’en ai eu assez Celui-là y a goûté ! Réveil matinal brutal, La réponse à mon mal. Un scandale a éclaté, Fus Héroïne d’un été. Satisfaction m’a donné, Mais ça a rien réglé. Les années passent Déceptions s’entassent. L’heure s’en vient De changer de chemin. Tu aimes encore, Passionnément, Toujours plus fort On te dévore, Car à l’amour Tu crois toujours. Aux signes d’alarme Tu prends garde. La plaie encore fraîche Plus vite se refait. La sagesse, Bonne maîtresse. C’est dans tes chansons Qu’ils revivront. La vengeance est douce… Au coeur de l’« Indienne » !
4.
Je voudrais être un chat... Me blottir tout contre toi Te mordiller oreilles et nez Fouiner tes aisselles Lécher tes mains, tes douces mains Jouer dans tes cheveux Reposer sur tes genoux T’accueillir avec joie Dormir avec toi Je voudrais être un chat... Pour que tu me caresses Avec force et tendresse Sans nulle autre pensée Que de recommencer Le bout fin de tes doigts Soulevant ma chaude pelisse Sachant donner du plaisir Que tu partages avec moi Je voudrais être un chat... Un amour sans conditions Appartenant l’un à l’autre Indépendants l’un de l’autre Mais fidèles jusqu’à la mort Je voudrais être un chat... Pour que tu n’aies pas peur de moi.
5.
02:55
À toutes les « Johanne » Qu’est-j’vas faire, à soir ? Un autre samedi soir À passer en solitaire. Qu’est-j’vas faire, à soir ? Errer dans les rues, Toujours les mêmes. Les bars, c’est pas mon fort. Tous des meat-market ! Je marche, j’hésite. Je n’entre pas, j’ai peur. Une autre fois, peut-être. J’aime pas avoir l’air D’une âme en peine. Je continue mon chemin, Retarde le moment d’entrer. La menace d’un lit froid... Sourires entendus, Regards concupiscents, Suis au bord de l’écoeurement ! Qu’est-j’vas faire, à soir ? Destination nowhere. Me suis « arrangée pour » Pour être remarquée, Peut-être aimée. Le prince charmant, Ce s’ra pas pour à soir ! La prochaine fois, peut-être... Qu’est-j’vas faire, à soir ? Quand l’monde sort, Moé, j’rentre !
6.
Toute ma vie J’ai recherché ton attention, Ton intérêt, ton affection. J’enviais tes nombreux talents, Au petit mien qui m’a causé Tant de tourments. Nos chemins n’ont pu se croiser : Tu me fuyais, je t’encombrais. Tu m’écartais du tien Trop occupé à briller, T’évader de notre prison Pour de futiles chansons. Pourtant, De tes frasques d’adolescent À tes drames inconséquents J’aurais pu te protéger, Oui, moi, te sauver. L’étrangère, t’as préféré... Ta prestance, ton intelligence, Ton élégance, ta délinquance, Ta beauté, peut-être... Toute ma vie je t’ai attendu, Dans tous les autres je t’ai cherché. Étais-tu donc l’homme de ma vie ? Ne serai-je donc jamais rien pour toi ? Qu’une petite sœur sans importance ? T’as jamais su à quel point C’est toi qui me manques ! Je me suis illusionnée. Je dois me résigner Et ne plus rêver. Signé, Ta presque jumelle.
7.
On n’a plus Les machos qu’on avait ! Gros bras Poitrine velue Tatoué jusqu’au nombril Grande gueule Demandant l’heure Ou l’allumette Habit à la mode Resto branché Harley rutilante Ou BMW - Allons donc ! On n’a plus Les machos qu’on avait ! Physique frêle Voix douce Regard foudroyant Sourire dissimulé Jeans délavés Perfecto matriculé Retiré dans son manoir Faisant baver les nanas Professionnel discret En contrôle sur son univers On n’a plus Les machos qu’on avait ! Faites gaffe, les filles Plus dangereux sont-ils Que tous les flagorneurs d’antan Plus subtils, plus sournois Entrant dans vos vies À pas de velours Homme rose rusé Flatteur intelligent Profitant de votre faiblesse Pour un peu de bon temps On n’a plus Les machos qu’on avait ! Ni Superman Ni Schwarzenegger Volage et calculateur Tant que profit demeure Relation à sens unique Pour seule musique Piégé, se défile Rien de neuf en ville ! Un bien petit « A » Pour l’aventure... Faites gaffe, les filles On n’a plus Les machos qu’on avait !!
8.
Qu’est-ce qu’à peut pas faire Pour s’faire aimer ! Qu’est-ce qu’y peut pas promettre Pour prendre son pied ! Un poète a dit : « Tout ce qui vient de l’amour Sort de la raison » Autrement dit : Quand il est question de cul L’intelligence semble oublier Sa propre existence... L’amour, un fantasme ? L’amour, une dépendance ? Elle, rêve ; Lui, calcule. Projets d’avenir, L’amour en prime, Parfaite combine... Amour et idéaux confondus Les pistes sont brouillées. La curiosité l’emporte Sur la prudence. Le voilà qui s’impose : Un « Valentin » à répétition... Violence sans poings : Celui-là l’aurait tuée Qu’il ne lui aurait pas fait plus mal ! L’amour, un fantasme ? L’amour, une dépendance ? Céder, meilleur moyen Pour tout perdre. Tenue par la peur, La peur qu’il la laisse tomber, Comme ça, pour rien. Eh bien ! il l’a laissée tomber, Comme ça, pour rien, Le chien !! L’amour, un fantasme ? L’amour, une dépendance ?
9.
06:54
Qu’est-ce qui me pousse, Moi, À vouloir jeter Sur cette page blanche Des mots Qui n’ont pas la richesse De vos vers. Verlaine, Baudelaire, Gœthe et tous les autres, Trop encor ne connaissent Que le son de votre nom ! Vous avoir chantés, Quel privilège. Tant de beauté, Tant de lumière. La poésie, La plus belle des chansons. Bien humblement, Très bas Je m’incline Devant votre art. Mais qu’est-ce qui me pousse, Moi, Ver de terre, À cette tâche bien singulière ! Le spleen, Mes quarante ans, Mes cheveux blancs, L’absence, L’indifférence. Quoi ? Sans Poulenc, Sans Hugo, Wolf de ton nom, Sans Schubert, Sans Claude, Debussy, ton nom, Sans vous, ces poètes Si dignement célébrés, Auraient-ils été, De moi peut-être, À jamais ignorés, Qui sait... Bien humblement, Très bas Je m’incline Devant votre art. Ah ! La musique, Ma seule passion. La coupable. Ma salvatrice, Ma complice, Ma damnation. Mais qu’est-ce qui me pousse, Moi, À oser Noircir quelque utopique portée... Le spleen, Mes quarante ans, Mes cheveux blancs, L’absence, L’indifférence. Vous, des immortels, Moi, rien de tel. Humblement, oui, Je recommence. Mais toujours Dans l’espoir De vous chanter encore.
10.
03:06
Ma prison n’a pas de murs Ma prison n’a pas de barreaux Ma prison est comme une île Entourée d’une mer d’illusions Ma prison est une maison Érigée d’histoires inventées Habitée de nombreux souvenirs Hantée par des fantômes fantasques L’obsession de ma passion Creuse un faux tunnel Plein de désirs inassouvis Pour m’évader de toi Cette peur qui me ronge A raison de ma raison Ma musique est un songe L’âme de ma prison Menottes de la folie Boulet de l’ennui Geôlier du coeur Tu es, je suis ma prison
11.
03:50
Rôdez, tournez Lentement au-dessus De votre proie. Gentiment, Avec adresse, Avec finesse. Les caresses, Les promesses Qu’elle recherche. L’amour, Le succès, Mirages. Planez encore De plus en plus près. Elle est là, Offerte. Comme l’agneau À immoler. De vos serres L’avez prise. Goûtée, L’avez abandonnée Comme une naufragée Sans bouée. Dans la fosse aux lions L’avez entraînée. De loin, l’avez regardée Se faire broyer. Dupée, meurtrie, Vidée de son sang Elle s’accroche. Démunie, Solitaire, Écorchée, Affamée. Que dégage-t-elle donc Pour s’attirer Tant de beaux parleurs ? De sa lumière, on veut briller. Elle, confiante, Croit l’emporter. La chance n’est pas Au rendez-vous. Quand le bateau coule... Les vautours ne sont pas Toujours ceux qu’on pense…
12.
02:50
J’ai la tête vide Faut que j’me décide Suis en panne d’inspiration Rien pour faire une chanson Et comm’ s’il me fallait Encore une peine d’amour Au moins ça servirait Pour me porter secours Qui dit « Faut faire d’la place, Un d’perdu, dix de r’trouvés » ? Moi, j’veux bien faire du ménage L’Feng-shui, c’pas ma tasse de thé ! Refrain Parlant d’ménage, Mes dossiers professionnels, J’en r’viens just’ pas, Tant d’énergie pour les poubelles Vingt ans d’ramage, Y’a bien de l’émotion Là, qui s’en va Dans l’bac de récupération Refrain Bon, ben la vie continue Mais moi, j’sais pus où j’sus rendue Car la vie ordinaire Pour moi, c’t’un vrai calvaire ! Refrain
13.
03:35
Je t’aime, je t’aime, je t’aime, Ma Mie Je t’aime, je t’aime, je t’aime, Mon Chéri Tu nous fais le cadeau De venir au monde Cadeau plus précieux Que tout l’or du monde La vie, un grand voyage Que le mois de mai, Dans son parcours, Soit un bon présage Refrain Notre cadeau à nous ? De l’amour plein le cœur. Sera-t-il à la mesure De notre promesse ? Viens, que l’on te berce. Être embrassé-e Tu ne le seras Jamais assez... Refrain

about

L’album WXYZ… Code secret, un « Opéra-Chansons » est la trame principale d’une histoire plus vaste où chaque chanson s’insère parfaitement au bon endroit dans le cheminement.

Il y a ELLE et son double, son miroir, la NARRATRICE, à la voix puissante et douce à la fois. Sans complaisance, sans déguisement, elle fait une enquête. Bien que chaque chanson soit une histoire en soi, leur tout forme une seule et même histoire, une sorte de « mise en abyme ».

Qui dit opéra, dit drame… Pourtant, dans cet « Opéra-Chansons », on y retrouve humour et auto-dérision, lequel se situe, certes, loin de la rectitude politique. À l’opposé de l’image du métier d’artiste comme porteur de rêves est proposée ici une réalité crue et brutale. Une histoire chantée, un roman-chansons.

L'« Opéra-Chansons » WXYZ... Code secret a enfin été créé en mai 2014, à Montréal.

credits

released August 25, 2011

Paroles et musique : Christine Lemelin

license

all rights reserved

tags

about

Christine Lemelin Montréal, Québec

Elle s’est fait remarquer dans le rôle de Carmen dans La Tragédie de Carmen de Peter Brook. Sous forme théâtralisée, elle nous a présenté La Belle... et les bêtes, un ZOOPERA, issu de son disque BESTIAIRE, ainsi qu’Èva Gauthier, Pionnière du Chant Moderne en Amérique… ou la « Javanaise. Auteure-compositrice-interprète, elle nous offre maintenant un nouvel album, WXYZ... Code secret. ... more

contact / help

Contact Christine Lemelin

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Christine Lemelin, you may also like: